Communication par l'écrit et par l'image

Vatican Yard and Ball
Originally uploaded by Giorgos~

Officiellement fondé en 1891, l’observatoire du Vatican repose sur une tradition pluricentenaire – depuis au moins le XVIe siècle on trouve trace de l’intérêt porté par les papes envers l’astronomie.

Son directeur, le père argentin José Funes, déclare aujourd’hui à l’Osservatore Romano qu’il faut « rendre aux hommes leur juste dimension de créatures petites et fragiles, face à la dimension incommensurable de milliards et milliards de galaxies. »

Et si nous découvrions que nous n’étions pas seuls à habiter l’univers ? L’hypothèse ne l’inquiète pas. « Il est possible de croire en Dieu et de croire aux extraterrestres. Il est possible d’admettre l’existence d’autres mondes et autres vies, aussi plus évoluées que la nôtre, sans pour celui-ci mettre en discussion la foi dans la création, dans l’incarnation, dans la rédemption » – dit-il.

La théorie du Big-Bang ne l’effraie pas non plus. « …à mon avis, c’est la meilleure explication de l’origine de l’univers que nous ayons d’un point de vue scientifique jusqu’à présent. »

« En tant qu’astronome, je continue à croire que Dieu est le créateur de l’Univers et que nous ne sommes pas le produit du hasard, mais les fils d’un bon père qui a pour nous un projet d’amour. La Bible n’est pas un livre scientifique, (…) c’est le livre de la parole de Dieu, adressée à nous les Hommes. C’est une lettre d’amour écrite par Dieu à son peuple, dans un langage qui remonte à deux ou trois mille ans. À l’époque, le concept du Big Bang aurait été incompris. On ne peut donc pas demander à la Bible une réponse scientifique. De même, nous ne savons pas si dans un avenir plus ou moins prochain la théorie du Big Bang sera démodée par une explication plus exhaustive et complète de l’origine de l’univers. C’est la meilleure actuellement et elle n’est pas en contradiction avec la foi. (…) »

Et Galilée ?
« Voilà un cas qui a fortement marqué l’histoire de la communauté ecclésiastique et de la communauté scientifique. Il est inutile de nier que le conflit ait existé. Et il y en aura peut-être d’autres semblables dans le futur. Mais je pense qu’il est temps de tourner la page et de regarder vers l’avenir. Cet événement a laissé des blessures. Il y a eu des faits mal interprétés. L’Église a d’une façon ou d’une autre reconnu ses erreurs. On pouvait peut-être faire mieux. Mais le temps est arrivé où on peut guérir ces blessures. On peut le faire dans un contexte de dialogue serein, de collaboration. Les gens ont besoin à la fois de l’aide de la science et de la foi, sans trahir la clarté et l’honnêteté des positions respectives. »

On se demande tout de même si c’est une position personnelle ou si elle est largement partagée dans les milieux du Vatican.

Vatican Observatory
Rapport annuel 2007 de l’observatoire
Vaticanstate
BBC



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>